Wednesday, September 14, 2016

Sortir et Faire La Fête à Jakarta en 2016

Nous n'avons pas mis à jour ce blog depuis des années et cela et bien dommage. Quelques boites de nuits et bars, tels que B.A.T.S, CJs, Dragonfly, Blowfish, 999, Nu China ou le Golden Crown existent encore. La plupart des autres ont fermés, et en particulier le Stadium.

Cet article est une mise à jour complète qui guidera les fêtards Francophone à Jakarta en 2016. Si vous avez des questions particulières, vous pouvez aussi m'envoyer un email à thibaud@jakarta100bars.com ou laisser un commentaire en bas de page.

Arriver à Jakarta
Les vols internationaux arrivent à l'aéroport de Soekarno-Hatta, dans la ville de Tangerang, à 30 kilomètres de Jakarta. Depuis 2016, le visa touriste est gratuit donc il n'y a aucune démarche spécifique à entreprendre sauf si vous restez plus de 30 jours.

Dès que vous passerez la douane de l'aéroport, des chauffeurs indépendants vous proposeront de vous emmener en centre-ville pour un prix allant de 150 000RP-200 000RP. J'en prends parfois un quand il y a trop de monde à la file des taxis, mais c'est plus cher et, parait-il, plus dangereux.

Les taxis coûtent autour de 120,000RP-150,000RP (si c'est beaucoup plus c'est qu'il y a quelque chose qui cloche). Les marques recommandées sont les Blue Bird ou Express mais ils sont parfois difficiles à trouver. Une petite mafia, sans doute avec la complicité des autorités, limite leur nombre et favorise des compagnies peu connues. Vous pouvez dès lors soit attendre patiemment qu'un Blue Bird ou un Express arrive, ce qui peut prendre 2 minutes comme 30 minutes, soit prendre un taxi lambda à condition qu'il accepte de mettre le compteur. Il faut ensuite rajouter au prix de la course environ 15,000RP de frais d'autoroute.

Pour éviter d'attendre trop longtemps et pour payer moins cher, je prends souvent Uber, tout en essayant d'être discret car les autres taxis leur font la guerre. Un Uber jusqu'au centre coute environ 100 000RP.

Se déplacer dans Jakarta
Les embouteillages de Jakarta rendent les déplacements quasi-impossibles en journée, mais la circulation s'améliore nettement après 21h ou 22h. A minuit, vous pouvez aller sans problème d'un bout de la ville à un autre en une trentaine de minutes.

J'utilise principalement 4 moyens de transport à Jakarta:

- Les taxi motos ou ojeks sont très pratiques car il y en a de partout, à toute heure et pour pas cher. Vous pouvez les commander en téléchargeant les applications Grab et Go-Jek. Je préfère Grab car elle permet d'appeler aussi des taxis et voitures avec chauffeurs.

- Les taxis sont très nombreux à Jakarta et ne coûtent pas trop cher. Mis à part aux heures de pointe (18h-19h), il est très facile d'en trouver dans le centre ville. 30 minutes de trajet vous couteront dans les 5 euros. Comme indiqué plus haut, Blue Bird est la compagnie la plus fiable mais il ne faut pas avoir peur d'en prendre d'autres tant que la voiture est bien entretenue et que le chauffeur accepte de mettre le compteur. Les pires taxis sont ceux situés juste à la sortie des boites de nuit: Pour les éviter c'est facile, il faut juste marcher une centaine de mètres et attendre qu'un autre taxi arrive.

- Les voitures avec chauffeurs, que vous pouvez commander avec Uber ou Grab, sont une très bonne alternative aux taxis car elles sont souvent jusqu'à 30% moins chères.

- Contrairement aux idées reçues, le réseau de transports en commun est assez développé à Jakarta et avec beaucoup de patience vous pouvez aller partout où vous le souhaitez. Il n'y a pas de plan d'ensemble donc le mieux est de demander à des Indonésiens pour les directions. Les bus ne sont ni propres, ni pratiques, ni confortables, sauf le réseau Transjakarta dont j'utilise souvent la ligne 1 reliant Blok M à Kota. Le billet coute moins de 30 centimes d'euro et le service fonctionne 24h sur 24 (avec moins de fréquence de 22h à 5h du matin).

Les quartiers de Jakarta pour sortir
La plupart des endroits intéressants de Jakarta sont situés le long d'une ligne Nord/Sud de 15 kilomètres qui lie Kota Tua (la vieille ville) à Kemang (le quartier expat). Cet axe correspond aux avenues de Jalan Gadja Madah, Jalan Hayam Wuruk, Jalan Thamrin et Jalan Sudirman.

Les boites de nuit des quartiers du nord, comme Glodok ou Mangga Besar, sont plutôt fréquentés par des clients masculins et Indonésiens. La drogue ainsi que la prostitution y sont monnaie courante. Les filles que vous rencontrerez en boite sont souvent des prostituées. Elles travaillent dans des karaokes, des salons de massage ou bars à striptease comme le Malioboro ou l'Alexis.

Au fur et à mesure que l'on arrive dans le Sud, à partir du centre commercial Sarinah, la ville change et devient plus moderne. C'est le début du quartier des affaires avec ses centres commerciaux et ses gratte-ciels modernes. Ici, vous trouverez beaucoup de bars et boites branchés, en particuliers dans les quartiers le long de Jalan Sudirman et Jalan Rasuna Said, à SCBD, à Mega Kuningan, à Senayan, à Senopati.

La prostitution y est présente mais de manière plus discrète. La plupart des filles sont "normales" et cherchent à s'amuser librement.

Ou dormir près des boîtes de nuit?
Pour éviter de passer trop de temps dans les embouteillages, il est essentiel de choisir un hôtel qui soit situé près du centre de Jakarta. En journée, faire un kilomètre peut parfois prendre jusqu'à une heure.

Je vous recommande de vous placer le plus près possible du couloir Nord/Sud mentionné plus haut, par exemple près de Jalan Sudirman ou Jalan Thamrin. Le quartier de Jalan Jaksa est très bien placé et vous y trouverez pêle-mêle:
- Des hôtels pour voyageurs sacs à dos assez basiques, certains sans eau chaude ni air-conditionné (voir le lien: Hôtels près de Jalan Jaksa)
- Des hôtels plus confortables avec un super rapport qualité prix à 30/40 euros comme le Favehotel ou le Holiday Inn
- Des hôtels 4 étoiles à moins de 100 euros (Mercure Sabang, Morrissey)
- Des boutique hôtels avec un style plus original et une ambiance jeune (Artotel, Kosenda).

Si votre budget vous le permet, vous pouvez aussi rester près des centres commerciaux de Plaza Indonesia et Grand Indonesia dans les hôtels Kempinski et Hyatt. Ils sont vraiment bien situés, à quelques centaines de mètres des restaurants, bars et boites de nuit les plus branchées de Jakarta (Skye, Cloud, Immigrant, Social House). Certaines personnes, surtout des voyageurs d'affaire, aiment rester à l'hôtel Mulia ou au Shangri-La car tous les deux possèdent des bars bien connus des expats (le CJs pour l'un et le BATS pour l'autre).

Vous pouvez découvrir une sélection d'hôtels près de Plaza Indonesia ici: Hôtels près de Thamrin

Pour un meilleur rapport qualité prix, vous pouvez aussi loger dans des quartiers moins côtés, par exemple celui de Mangga Besar/Glodok, à 30 minutes du centre et tout près de la vieille ville et de ses attractions touristiques (musées, temples chinois, vieux port). Vous y trouverez pléthore d'hôtels bon marché tels que l'Hotel 88, le Favehotel LTC Glodok ou l'Ibis Harmoni. Il y a aussi des hôtels 4 étoiles pas trop chers comme le Novotel Gajah Mada ou le Santika. C'est une zone de la ville assez bordélique, avec beaucoup de prostitution, mais aussi une animation permanente. C'est un Jakarta beaucoup plus authentique que j'apprécie beaucoup mais qui n'est pas fait pour tout le monde.

Vous pouvez découvrir une sélection d'hôtels dans cette zone ici: Hôtels près de Gajah Mada

Agoda est un site de réservation d'hôtel assez peu connu en France, mais c'est celui qui offre le plus de choix pour l'Indonésie ainsi que les meilleurs prix. Inscrivez vous sur le site pour avoir accès à des réductions spéciales pour les membres.

Vous pouvez comparez les prix d'Agoda avec ceux de Booking.com avec le comparateur HotelsCombined. C'est un site très complet et facile d'utilisation qui ne prend aucune commission.

Jakarta est-elle une ville sûre?
D'après mon expérience personnelle, Jakarta est une ville plutôt sûre en ce qui concerne les vols et les aggressions. Je ne connais personne qui se soit fait agresser physiquement, mais certains amis se sont fait voler leur portable ou leur portefeuille dans des boites de nuit. Cela reste l'exception et il n'y a pas de raisons d'avoir plus peur à Jakarta qu'à Paris, bien au contraire.

Je pense que les vrais dangers de Jakarta, ce sont plutôt les accidents et les maladies comme la dengue, et ce d'autant plus que la qualité des soins dans les hôpitaux laisse à désirer.

Il est impératif de bien être assuré et de posséder une assurance rapatriement durant votre séjour. Mis à part les cartes bancaires Gold, la plupart ne disposent pas d'un plafond suffisant sachant qu'une simple évacuation sur Singapour peut coûter jusqu'à 50 000 euros. Pour un voyage de quelques jours, il existe une formule très simple et complète avec WorldNomads, vous pouvez faire un devis sur leur site en suivant ce lient: Assurance World Nomads. C'est recommandé par le LonelyPlanet et RoughGuide et le site est accessible en Français.

Comment s'habiller?
Contrairement à Bangkok ou à Bali, il faut le plus souvent mettre des chaussures, un pantalon et un polo ou un chemise pour être accepter en boite à Jakarta.

Pour les filles, les hauts talons sont obligatoires au Dragonfly, à Immigrant et à Empirica.

Budget à prévoir
Sortir à Jakarta coûte malheureusement cher, d'une part parce que l'alcool est surtaxé, et d'autre part parce que le prix des entrées en boite est élevé.

En général, un verre de bière coute dans les 4-5 euros, un cocktail 8-10 euros, une entrée en boite 15-20 euros.

Pour faire une grosse soirée, c'est à dire visiter plusieurs endroits et boire abondamment, il faut au minimum 150 euros. Cela correspond à 2-3 entrées payantes + 10 verres d'alcool + les frais de taxis.

Si vous faites attention, vous pouvez descendre à 60 euros en vous pré-chauffant à la maison (avec une bouteille ramenée de l'aéroport) et en évitant de faire trop de bars/boites.

Quel jour et à quelle heure sortir?
Les boites commencent à se remplir vers minuit et ferment vers 4h-5h du matin. Les meilleurs soirs sont le mercredi (avec souvent des entrées moins chères et des verres gratuits pour les filles), le vendredi et le samedi. Le reste de la semaine, c'est souvent calme sauf si vous allez dans des boites ou bars un peu chauds comme le Golden Crown, le Mille's, le Club 36, le BATS, le CJs, l'Alexis ou le Malio Club.

Sortir à Jakarta: Les meilleurs bars
Pour prendre un verre en début de soirée, je vous recommande de choisir un bar en rooftop sur le toit d'un gratte-ciel. Les plus connus sont à 500 mètres l'un de l'autre, Cloud (à Plaza Indonesia) et Skye (à Grand Indonesia). Le premier offre la meilleure vue et il est très populaire avec les expats. C'est assez cher par contre, comptez 9 euros pour un cocktail et 25 euros pour y manger.

Toujours dans le cher et élitiste, il existe de nombreux bars sympas dans les quartiers de Mega Kuningan, Senopati, SCBD et Senayan, souvent inspirés par le design de nos cafés parisiens. Loewy et Basque sont les plus animés mais vous pouvez aussi essayer Bauhaus (pour les hipsters), E&O (pour manger une excellent cuisine fusion), The Dutch (dernier endroit à la mode), Cork&Screw (pour le vin), Monty's (un speakeasy pour amateur de whisky), Potato Head (pour le design et parce que c'est bien placé).

Il existe aussi des bars moins tape-à-l'oeil avec une clientèle d'expats réguliers et un peu plus agés, par exemple Eastern Promise, Frank's Bar et le pub Irlandais Murphy's, tous à Kemang.

Les endroits les moins chers se spécialisent le plus souvent sur la bière et qui visent une clientèle plus jeune. C'est le cas de la chaine Beer Garden (qui possède une branche à Menteng près de Jalan Jaksa, une à Kemang et une à SCBD). Beer Brother ou Borneo Beerhouse sont d'autres options sur Kemang.

Il existe aussi des cafés en plein air à Jalan Jaksa qui sont assez basiques mais peu chers et conviviaux. Vous y rencontrerez peut-être des backpackers suivant les arrivages du jour.

Certains bars sont réputés pour attirer des prostituées qui cherchent tout spécialement des clients étrangers: C'est le cas du BATS, du CJs, et de tous ceux qu'on trouve à Jalan Falatehan près de Blok M.

Sortir à Jakarta: Les meilleurs boites de nuit
Il y a une dizaine de discothèques qui valent le coup à Jakarta. Voici une courte description des plus connues:

- Immigrant: Une boite très centrale et chère avec beaucoup d'expats qui viennent draguer des Indonésiennes. C'est assez étroit et on se marche un peu dessus, mais heureusement il y a une belle terrasse extérieure. La musique est commercial, soit hip-hop soit house. Entrée entre 200,000RP et 300,000RP avec une boisson.

- Dragonfly: Très similaire à Immigrant mais encore plus chère (300,000RP l'entrée sans boisson) et avec public parfois snob. Quelques prostituées y cherchent de généreux sponsors. Très joli design, mieux que ce qui se fait en France. Musique commerciale.

- X2: La plus grosse boite de Jakarta, dans le mall Plaza Senayan. 1 salle avec de l'électro et 1 salle avec du Rn'B (appelée Equinox). Public assez jeune avec beaucoup d'étrangers qui espèrent finir la nuit avec une fille locale. 20% de prostituées. Environ 200,000RP l'entrée.

- Empirica: Une boite plutôt fréquentée par la communauté Indonésienne-Chinoise. Bonne ambiance mais il est préférable d'y prendre une table/un sofa avec une bouteille car il n'y a pas de piste de dance. Entrée 200,000RP.

- Jenja: Une nouvelle boite tout au sud de Jakarta. C'est l'endroit à la mode en ce moment. La musique est bien, genre électro de Berlin, mais si vous habitez dans le centre il vous faudra au moins 30 minutes pour y aller.

- Colosseum: Tout au nord de la ville, le Colosseum fait partie d'un énorme complexe de prostitution avec salon de massage et karaoke, le 1001. C'est une discothèque très jolie, avec un système d'éclairage incroyable et des DJ invités prestigieux. Je ne suis pas fan cela dit, car l'ambiance est rarement festive. Les clients préfèrent souvent rester plantés autour de leur table avec des prostituées au lieu de danser. Entrée autour de 250,000RP.

- Mille's: C'est la boite underground de Jakarta. On y va souvent vers 5-6h du matin jusqu'à l'après midi pour les plus hardcore (qui carburent aux ecstasy bien sûr). La musique est assez sympa, c'est un genre de techno mélodique destinée à faire planer.